Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir le portrait d’Edna, notre community manager. Elle anime les réseaux sociaux avec passion. 

Bonjour Edna, peux-tu te présenter en quelques mots.

Edna N’TCHICHI, j’ai la chance d’être une congolaise issue des deux Congo. Je suis extrêmement fière de cette double culture.

Dans la vie, je suis chargée de communication.

En ce qui concerne mes passions, j’aime les voyages, la lecture, la musique mais dans l’ordre ce sont les voyages qui sont en tête de liste. Les voyages ouvrent l’esprit et permettent de découvrir d’autres cultures, de faire des nombreuses connaissances et favorisent la culture générale.

Amoureuse du continent africain, mon amour pour ce dernier est né durant l’adolescence. Je savais déjà que je rentrerai en Afrique pour y travailler et contribuer à son évolution.

Quel est ton rôle au sein de CNP et en quoi consiste ton travail ?

Je suis Community manager. Je m’occupe donc de la communication digitale du CNP.

Que représente CNP pour toi ?

Pour moi, Congo Na Paris, c’est la représentation du Congo à l’étranger. Je dirais même à l’international. C’est la partition que nous jouons à l’étranger pour promouvoir le Congo à l’extérieur.

Pourquoi avoir choisi d’intégrer CNP ? 

Étant issue de la diaspora congolais, j’ai toujours voulu rentrer au Congo pour y apporter ma modeste contribution.

Enfin, quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui veulent investir ou travailler au Congo ? 

Je leur dirai de foncer mais avant tout, de bien choisir leur secteur et d’étudier les besoins. N’oublions pas que nous sommes une solution pour quelqu’un. Alors attelons nous à rechercher comment régler des situations.

Fast & Curious

Bandal ou Paris 

Paris

Ntaba ou Poulet Mayo

Ntaba, toujours ! 

Wewa ou Taxi congolais

Wewa en force !

Portrait congolais

Si j’étais un film ou une pièce de théâtre congolaise, je serais La vie est belle.

Si j’étais un plat congolais, je serais les trois pièces : fumbwa, poisson à la braise na ebomto (pâte d’arachide).

Si j’étais une musique ou danse congolaise, je serais la rumba congolaise. Grande amoureuse de la rumba congolaise.

Si j’étais une personnalité publique, je serais Noella Coursaris Musunka, fondatrice de la fondation MALAIKA qui scolarise gratuitement des jeunes filles dans le Katanga, depuis quinze ans.