Blog

Congo Na Paris / Gastronomie  / La success story de poulet mayo

La success story de poulet mayo

Par Anne-Sophie Gnaba.

Le poulet mayo a la cote en ce moment. Les saveurs congolaises attirent les papilles de tous horizons. « Poulet Mayo », au-delà d’une recette, il s’agit d’un concept, d’une marque, d’une mission incarnés par Ludovic et Nono. Ces deux frères ont décidé de relever le pari fou de redorer le blason de la gastronomie congolaise en lançant leur Start-up « Poulet Mayo ». Entretien avec Nono.

L’équipe de Congo Na Paris est tombée sous le charme de cette recette d’origine de la RDC qui nous rappelle les bonnes choses du pays. Savez-vous qui se cache derrière le succès de cette jeune start- up prometteuse (prête à détrôner les géants du poulet) ? Si je vous dis deux frères d’origine de la RDC, vous y croyez ? C’est pourtant la vérité. Il s’agit d’une belle entreprise familiale. Ludovic & Nono sont deux frères cadres qui ont fait le pari de se lancer! 

Nous avons pu rencontrer l’un des co-fondateur Nono qui a bien eu la gentillesse de répondre à nos questions.

Bonjour Nono, merci du temps que tu nous accordes. Pourrais-tu te présenter s’il te plait pour que tout le monde puisse comprendre ton parcours ?

Je suis Nono, j’ai 33 ans. Concernant mes études, j’ai commencé par une licence en droit puis je me suis réorienté vers un bachelor pour finir par un master en commerce international. Je suis actuellement Consultant IT dans le domaine bancaire. Je travaille pour des établissements financiers depuis quelques années.

Mon frère Ludovic a 30 ans et travaille dans une école d’ingénieur. 

Bien que nous soyons satisfaits de nos carrières professionnels, nous caressions depuis longtemps le rêve d’entreprendre ensemble. On s’est finalement lancé le 6 juillet 2019. Nous avons lancé le concept Poulet Mayo Paris. Nous avons fait le choix de nous spécialiser dans la vente de poulet mayo à domicile.

« Cette année, nous avons fêté notre première année d’activité et nous sommes fières d’avoir été validés par la communauté congolaise en France ».

Qui peut solliciter vos services de livraison de poulet mayo à domicile ?

Pour l’instant nous livrons nos clients situés en Ile de France. Nous travaillons désormais avec toutes les plateformes de livraison telles que : just-eat, ubereat, Deliveroo… Nous savons que cela n’est pas suffisant car nous avons des demandes émanant de la province et des pays voisins tels que la Belgique, l’Allemagne, la Suisse ou la Grande-Bretagne par exemple. Nous travaillons sur ce point pour limiter les frustrations. Nous sommes d’ailleurs en train de finaliser l’organisation de notre structure pour répondre à ces demandes et ça commence à porter du fruit. Notre réorganisation nous a permis de livrer 40% de personnes en plus et ce, trois fois plus vite.

Nous sommes aussi sollicités sur des salons et des évènements professionnels tenus par des Institutions ou des grandes entreprises notamment pour représenter la gastronomie congolaise. 

« Une chose est sûre, ce succès dépasse nos attentes. Inconsciemment on est devenu la référence, on a créé une marque. On remercie d’ailleurs notre clientèle qui a été fidèle depuis le début, et même pendant les difficultés ».

  • Comment ce concept est né ?

Dans la famille nous faisions dès que possible des navettes entre Paris- Kinshasa. Mais quand ce n’était pas possible, notre père avait l’habitude de nous rapporter du poulet mayo de ses voyages. Malheureusement les conditions de conservation étaient loin d’être optimales et idéales. Les transitions du commerce à Kinshasa, puis de l’avion à nos assiettes étaient parfois compliquées pour nos intestins. On a donc cherché un restaurant, un concept qui le faisait directement en Ile de France. Nos recherches sont restées infructueuses. On n’a rien trouvé. On a compris alors qu’il y avait un potentiel business et besoin.

Comment avez vu reconstitué la recette originale de RDC ?

C’est toute une histoire d’adaptation et de recherche !

Pour le savoir-faire : on a demandé d’abord à la famille. On a essayé de voir dans notre entourage pendant 2 mois s’il était possible de reproduire la recette à partir de Paris. Les recettes étaient bonnes mais il manquait malheureusement ce goût si particulier « made in RDC ». Nous avons pris alors contact avec un cuisinier de Kinshasa expérimenté. Nous avons décidé de l’engager pour lancer le concept à Paris. 

Pour les épices : elles proviennent de Kinshasa. Nous faisons un stock sur plusieurs mois.

Pour le poulet et les légumes, nous sélectionnons en revanche des producteurs locaux en région parisienne. Nous avons donc légèrement substitué la poule d’origine dans la recette par du poulet halal élevé en pleine air, plus tendre au niveau de sa chair et donc plus adapté au palais européen.

Pour la cuisson : nous avons eu du fil à retordre car la cuisson est faite au barbecue. Nous sommes donc très dépendants pour l’instant de la météo. Cependant nous avons voulu maintenir la recette la plus authentique coûte que coûte.

 

« En somme, nous avons dû apprendre beaucoup sur le tas, nous adapter et faire preuve de créativité pour adapter ce produit ici en Ile de France ».

Au niveau financier comment avez-vous fait pour commencer cette activité ?

On a commencé avec nos fonds propres. On est parti de zéro. 

Comment vous vous sentiez moralement au démarrage ?

Au début ça été une période difficile. Nous avions du mal à gérer le lancement du concept avec notre activité professionnelle réciproque. Pour l’anecdote, en plus, deux semaines avant cela j’avais subi une opération. Je venais de perdre plus de 10 kilos. J’étais en pleine convalescence. Dieu merci, nos proches étaient des soutiens indéfectibles. Ils ont tous mis la main à la pâte. Sans eux, on n’aurait pas pu tenir les premiers jours. Le 1e jour a fini à 4h du mati

Avez-vous eu d’autres obstacles ?

La chaleur était étouffante et les embouteillages compliquaient vraiment la livraison des produits

Avez-vous défini des objectifs à atteindre les premiers jours de commercialisation ?

  • Au départ on s’était fixé de vendre 10 poulets dans la journée sur une zone de 20 km entre le 77, le 92, le 94. Avec Instagram ça été un tsunami. Nous avons lancé un challenge de vente de 50 poulets sans trop de conviction en visant notamment la communauté congolaise sur le réseau. 

« Finalement, on a vendu le stock de toute la semaine en une journée. Je crois que le fait que ça soit un plat inédit dans l’hexagone et l’originalité de l’affiche promotionnelle ont créé un véritable effet viral. Un tsunami ! »

  • Comment se porte l’équipe maintenant ?

Au départ nous étions trois : mon frère et moi ainsi que le cuisiner. Maintenant nous sommes dix. Tout cette organisation ne serait pas possible en particulier sans nos deux cadres Mélody et Cole. D’ailleurs notre famille va encore s’agrandir bientôt car la demande ne cesse de croitre.

En termes de politique RH, chez Poulet Mayo Paris nous tenons à la parité. Les femmes de notre équipe sont des véritables moteurs de l’entreprise. Ce sont nos éminences grises. Elles sont plus dans les bureaux que les fourneaux chez nous. Elles sont aussi notre source d’inspiration. Nous avons voulu mettre à l’honneur nos mamans, nos sœurs, les femmes de l’équipe lors du remodelage de notre dernière version du logo. On s’est inspiré de leur féminité et de leur rondeur. 

Sinon Nono as-tu un message à faire passer à la communauté congolaise ?

Les congolais savent faire beaucoup de chose et ont du talent. Certes, nous avons des sapeurs, des femmes congolaises d’une beauté incomparable, nous avons de très bons musiciens, mais la culture congolaise ne se limite pas à ça. Nous sommes un peuple très divers à l’image de nos frontières titanesques. Cette diversité abrite des multitudes de talents variés. Nous sommes un peuple créatif capable de faire des choses extraordinaires. N’hésitons pas à nous démarquer, à faire les choses différemment afin de montrer nos aptitudes. On invite tous nos frères et sœurs à se lancer s’ils ont un projet à cœur. Ce qui nous manque souvent c’est l’assurance en nos capacités.

Je dirais aussi arrêtons de faire les difficiles entre nous. Bien au contraire, nous ne sommes pas contre la critique tant qu’elle est constructive et tire la communauté vers le haut. Plus nous tendrons vers l’excellence, plus l’image des Congos, des congolais et de notre culture sera meilleure. Tous nous pourront alors bénéficier du fruit. 

« Pona ko tonga mboka ! Il faut se découvrir, se faire confiance et être fiers de nos racines, de notre héritage. Le Congo de demain ne pourra se construire sans nous. »

Si vous êtes dans la région parisienne, n’oubliez pas de goûter la référence Poulet Mayo à Paris (dans le cas contraire vous allez manquer quelque chose les amis).

Pour se faire livrer 

🚴🏾‍♂️Livraisons du JEUDI au DIMANCHE de 20h à 0h

Précommande conseillée

Pour les suivre

Contact mail : pouletmayoparis@gmail.com

Facebook : @pouletmayoparis

Instagram : @pouletmayoparis

Whatsapp : 07 66 60 38 26

Aucun commentaires

Poste un commentaire