Une plateforme incontournable

Être la voix, le rendez-vous des industries créatives africaines. Devenir le carrefour des rencontres de la diaspora congolaise et africaine en France et en Europe.

CNP MAG

Congo Na Paris / Non classé  / INTERVIEW : Jean-Baptiste Okonda, fondateur de Kin Tacos, le spécialiste n°1 du French Tacos à Kinshasa

INTERVIEW : Jean-Baptiste Okonda, fondateur de Kin Tacos, le spécialiste n°1 du French Tacos à Kinshasa

Lancée le 15 juillet 2019 par un jeune congolais, Jean-Baptiste Okonda, cette chaîne de tacos à la française a réussi à séduire et à s’imposer en peu de temps comme une alternative aux malewa.

Bonjour Jean-Baptiste, pouvez-vous vous présenter ? 

Bonjour.  Je me présente Jean-Baptiste Okonda,  j’ai 30 ans. Je suis le fondateur de Kin Tacos. 

Je suis également journaliste et communicant de formation. 

Je suis en effet détenteur d’un  Master 2 en journalisme obtenu à l’école supérieure de journalisme de Paris et d’une licence en information et communication de l’Université Paris 8. 

Jean-Baptiste Okonda, fondateur de Kin Tacos

Comment passe t-on du monde du journalisme à la restauration rapide ?

Je n’ai pas renoncé à mon métier de journaliste et de communicant. Je travaille actuellement en tant que community manager pour deux startups françaises. C’est moi qui gère également la communication de Kin Tacos. 

Enfin, j’ai eu l’occasion de me former pendant 4 mois au restaurant O’Tacos de Pontault-Combault en région parisienne en tant qu’équipier polyvalent pour apprendre le BABA de la French Tacos.

Pourquoi ouvrir à Kinshasa, un “French Tacos” ?

J’ai décidé d’ouvrir à Kinshasa un « French Tacos » pour plusieurs raisons. 

La première, pour honorer la mémoire de mon défunt frère Blanqui Okonda qui avait pour projet d’ouvrir un restaurant à Kinshasa en 2018, année de son décès. 

J’ai aussi toujours voulu être mon propre patron, je me voyais mal travailler une partie de ma vie pour une autre personne, de plus je préfère prendre mes propres décisions, initiatives et me fixer moi-même mes propres objectifs.

J’estime aussi avoir répondu à l’appel du chef de l’Etat, demandant à la diaspora de retourner investir au pays. 

Enfin, c’est un secteur qui fonctionne très bien en

Europe et en Afrique. À vrai dire, je me voyais mal ouvrir un autre type de commerce.

Êtes-vous rentré en contact avec la chaîne French Tacos ? 

Oui, je suis rentré en contact avec la chaîne French Tacos pour pouvoir  ouvrir une franchise à Kinshasa, mais malheureusement l’enseigne ne voulait pas se développer en RDC pour des tas de raisons, non seulement liées à la logistique, mais aussi à la situation politique du pays. 

Avez-vous justement rencontré des difficultés en RDC ? 

Lorsqu’on veut entreprendre en RDC, surtout après avoir passé beaucoup de temps à l’étranger, les difficultés sont nombreuses, entre autres, se mettre à jour avec la fiscalité, le prix  trop élevé de nos intrants, les coupures d’électricité, la difficulté à obtenir un prêt bancaire etc.

C’est surtout l’indisponibilité de notre matière 

première qui est le pain Tortillas que nous 

importons jusqu’ici.  

Comment le concept du “French Tacos” a t-il été reçu au Congo ?

Le concept de la French Tacos a été très bien apprécié à Kinshasa, un véritable “carton” que je ne pouvais l’imaginer, d’abord le fait que c’est une nouveauté, le kinois aime ce qui est neuf, ce qui vient d’ailleurs, être « à la page »,  ensuite la french tacos, donne au client la possibilité de composer lui-même son tacos en 4 étapes, celle du choix de la taille, choix des viandes, choix des sauces, choix des suppléments. 

Le seul problème dans notre concept pour le kinois, c’est le fait que nous n’offrons pas un service à table, nous avons remplacés cela avec des bippeurs, quand le client passe sa commande, on lui remet un bippeur, une fois que sa commande est prête, le bippeur se met à sonner et là, il devra donc, lui-même, aller chercher sa commande, chose qui n’est pas trop dans la culture des fast-food en RDC.

Quelle est votre plus-value qui fait qu’on doit venir chez vous plutôt qu’aller ailleurs ?

Tout d’abord, le prix, il faut le dire que nous sommes le moins cher sur le marché de la restauration rapide à Kinshasa. Les produits que nous offrons sont les moins chers du marché avec un large choix de tailles (tailles M,L et XL). 

Deuxièmement la qualité de nos tacos et aussi la diversité de sauces et viandes et enfin ce qui fait le charme de Kin Tacos par rapport à un restaurant, c’est son cadre fun et amusant, très facile d’engager la conversation, de faire des nouvelles rencontres et des ami(e)s.

Où peut-on vous trouver ?

Kin Tacos est situé à Kintambo Magasin, sur l’avenue colonel Mondjiba au centre commercial 

Kintambo Shopping Center en face du Shop Orange et de la station de service Cobil. 

Nous sommes ouverts tous les jours du lundi à vendredi de 11h à 22h et le samedi et 

dimanche de 11h à 22h30.

Quels sont vos futurs projets ? Des restaurants ? Une diversification des mets ? Ou

une chaîne à l’image des KFC et McDo en Afrique ?

Notre ambition est d’être le leader de la french tacos en RDC. Nous envisageons deux prochaines ouvertures en début de l’année 2020, puis passer à la même année en franchise afin de couvrir tout le territoire de la RDC.  

Un mot de la fin pour les personnes qui veulent aussi entreprendre au Congo ?

Vous voulez entreprendre au Congo ? Votre idée vous semble excellente mais votre entourage  vous en dissuade car ce n’est pas le moment, pas la bonne conjoncture, vous êtes trop jeune, 

c’est risqué, trop ci, pas assez ça !… Ecoutez, analysez… mais si votre projet vous paraît 

toujours réaliste, alors allez-y foncez ! N’ayez pas peur des gens qui parlent de faillite, gardez 

vos nerfs solides et il faut effectivement se battre TOUS les jours mais comme le disait un ami 

« Le soleil brille pour tout le monde » et l’important est de ne pas copier ce que fait son voisin.

Pour plus d’informations : page Facebook (Kintacos),  Instagram (Kintacos-officiel)

le site internet : www.kintacos.com

Propos recueillis par Johanna BUKASA MFUNI

1 Commentaire

  • Medi senemona

    Répondre 8 mars 2020 23 h 38 min

    Un bon parcours ! Grand frère , vous êtes un exemple pour plusieurs

Commenter