Une plateforme incontournable

Être la voix, le rendez-vous des industries créatives africaines. Devenir le carrefour des rencontres de la diaspora congolaise et africaine en France et en Europe.

CNP MAG

Congo Na Paris / Culture  / 60 ans d’indépendance de la RDC célébrée entre COVID-19 et des tensions politiques

60 ans d’indépendance de la RDC célébrée entre COVID-19 et des tensions politiques

Le 60e anniversaire de la République démocratique du Congo de ce mardi restera à jamais dans les annales du pays. Cette célébration se fait dans une ambiance renfrognée imbibée par les tensions politiques pour le pouvoir en place et une crise sanitaire inédite liée à la pandémie de Covid 19. Par David KASI

« Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir parce que nous étions des nègres. […] Cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique, un Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier, cependant, que c’est par la lutte qu’elle a été conquise. », Ces mots de Patrice Emery Lumumba, encore premier ministre, continuent de résonner dans les oreilles de Congolais comme si c’était hier qu’ils ont étés prononcés. Nous sommes le jeudi 30 juin 1960 à 11h45, heure de Kinshasa.

Les années se sont écoulées et pour celle-ci, la commémoration va se passer dans la méditation compte tenu des circonstances particulières liées à la crise socio-économique occasionnée par la Covid-19. Invité au départ après les célébrations du cinquantenaire par son père Albert II, le roi Belge, Philippe n’effectuera pas le déplacement. Une allocution du président Tshisekedi sera diffusée toutefois sur la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC).

Covid 19 bloque les festivités

Contrairement aux années précédentes ou les défilés étaient au rendez-vous, l’an 2020 sera très diffèrent. Le 60ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo est placé sous le signe de geste social et de la méditation. Le budget prévu pour la fête du 30 juin pour cette année, est réservé aux personnels soignants au front dans le cadre de la riposte contre la Covid-19, ainsi qu’aux forces armées en guise de prime pour leurs actes de bravoure et d’héroïsme. Cette décision a résulté du Conseil des Ministres du 12 juin passé, présidé par télétravail par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, réunion qui a connu aussi la participation du Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Dans son adresse, le chef de l’Etat a engagé le Gouvernement à matérialiser cette action, compte tenu des circonstances particulières liées à la crise socio-économique causée par l’épidémie de COVID-19. A ce jour, le pays enregistre 6 939 cas avec 1 050 guéris et 167 décès. Et pour ce qui est de l’épidémie d’Ebola, elle sévit plus à Mbandaka, par contre à l’Est du pays au Nord-Kivu et Ituri, Ebola est fini.

Tensions politiques

En dépit des déclarations de bonnes conceptions, l’immoralité, le détournement des deniers publics et la gaspillage financier, la recherche de l’intérêt personnel et égoïste sont les actes qui pourrissent toutes les institutions de la RDC surtout la classe politique, qui traverse pendant ce moment une opposition sur un projet de réforme du statut des magistrats entre la coalition au pouvoir, le front commun pour le Congo (FCC) ; qui a une majorité au sein du parlement et le gouvernement, et l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ; parti du président au pouvoir.

Les ambassadeurs des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Canada à Kinshasa ont même prévenu que ce texte risque d’amoindrir l’indépendance de l’appareil judiciaire ». Son dépôt est allé aussi provoqué des manifestations jusqu’aux abords du Palais du Peuple, le bâtiment qui abrite les deux chambres du parlement. Au vu de la situation actuelle du pays, il ne fait l’ombre d’aucun doute que le Congo de Lumumba souffre d’une crise institutionnelle au jour du 60ème anniversaire de son indépendance et cela ne sera pas sans conséquence pour le pouvoir en place.

L’unité nationale reste la solution appropriée pendant cette période difficile pour la cohésion nationale pour le peuple congolais et celui de la diaspora. Un dialogue compromettant les acteurs majeurs de toutes bordures pourrait consolider et encourager à entreprendre des réformes utiles à la sécurisation et à la crédibilisation de l’avenir politique et économique de la RDC.

Aucun commentaire

Commenter